Forum Trois Mousquetaires

Une suite inédite aux aventures de nos quatres compagnons légendaires!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Orléans

Aller en bas 
AuteurMessage
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Orléans   Jeu 17 Aoû 2006 - 23:50

- Capedediou ! Mais c’est fréquenté ici !

- Enfin ! Une ville, les amis !

D’Artagnan et Porthos découvrirent la ville les premiers, et ce qu’ils virent leur plut au premier abord. Ils se retournèrent et firent signe au reste de l’équipe de les rejoindre. Sur un talus qui surplombait la route, les cavaliers découvraient Orléans. Orléans, ville riche mais austère, avec aux pieds de ses remparts la Loire débordante d’activité. Barques, voiliers et radeaux s’y croisaient et s’entrechoquaient à loisir. Le trafic incessant de marchandises et de voyageurs sur le fleuve donnait l’impression aux passants que tout ce que la région comptait de vie convergeait vers par la ville. Des fabriques portaient l'animation jusque dans les faubourgs. Les ouvriers croisaient les bourgeois, les paysans fréquentaient les commerçants, les ânes des meuniers et les mules des ecclésiastiques sympathisaient en faisant un bout de chemin ensemble. Et dans la ville intra-muros, les habitants maintenaient la propreté et veillaient à assurer une certaine sécurité.

- Orléans ! Nous y serons bien pour une étape, lança d’Artagnan.
- Bonne chair ! – se réjouit Porthos.
- C’est là que nous trouverons les partisans de Monsieur, probablement…Ne pensez-vous pas Aramis ?
- Certains d’entre eux, sûrement. J’irai à l’évêché dès ce soir car j’y ai des connaissances. Sans doute apprendrai-je quelque chose…
- Athos, Vaudois, reprit d’Artagnan, vous n’allez pas à l’évêché je présume ? M’accompagnerez vous en ville ? Nous sommes tôt encore dans l’après-midi et je pense que nous pourrions en apprendre beaucoup dans cette ville populeuse.
- Quant à moi, je me charge de nous trouver la meilleure auberge, Parbleu ! – s’exclama Porthos, déjà l’eau à la bouche.

Toujours en retrait, de Wardes observait la scène, goguenard. Autour de lui, les laquais avaient mis pied à terre et se dégourdissaient les jambes.

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Ven 18 Aoû 2006 - 14:30

Tandis que Porthos se mettait en quête d'un établissement où loger la petite troupe et qu'Athos, d'Artagnan et Vaudois partaient enquêter dans la ville, Aramis, habillé sobrement, désarmé et accompagné d'un Bazin plein d'entrain,, se dirigeait droit vers l'évêché d'Orléans, où il savait qu'il rencontrerait une figure de connaissance.

Ce fut le supérieur d'Amiens en personne qui vint accueillir le chevalier, dès qu'il sut l'arrivée de ce dernier.

- Ah! Voici donc le fils prodigue enfin de retour, le Seigneur soit loué!

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Athos
Admin
avatar

Nombre de messages : 629
Localisation : Dans sa casaque, sa tête dépasse...
Rang : Comte
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Ven 18 Aoû 2006 - 15:53

Athos, d'Artagnan et Vaudois étaient donc partis de leur côté, prendre l'air de la ville et de ses habitants. Tous les regardaient, mais pas de la même façon : les bourgeois, avec respect ; les femmes, avec admiration ; et les gentilshommes, de travers. Rien d'inhabituel, en somme.

Ils traversèrent toutes les rues qui les attiraient, sans but précis autre que celui de respirer le parfum de la vie.

Croisant un carosse, ils dédaignaient les armoiries, et tâchaient d'accrocher le regard du passager.
Passant devant la cathédrale, ils ne levaient pas les yeux vers la rosasse, mais souriaient aux bohémiennes qui disaient la bonne aventure sur le parvis, surveillant la porte du coin de l'oeil pour voir si l'archidiacre ne sortiraient pas pour les chasser.

Dans la rue Royale, d'Artagnan attrappa le fou rire lorsqu'un petit garçon de 5 ou 6 ans s'écria en le pointant du doigt : "Vous avez un beau plumeau sur la tête, monsieur !"
Athos, qui tenait à peine la bride à son cheval, se pencha vers son jeune ami, et lui sourit.

-Vous avez une crète de jeune coq, d'Artagnan, en effet, mais si j'avais réellement à faire une comparaison sur ce point, je vous dirait plutôt que vous portez le panache comme un général romain. Si de Wardes était là, par contre, il vous aurait confirmé que vous aviez bel et bien une plume...

( HJ : Pardon pour le post stupide qui sert à rien, mais ça faisait longtemps que j'avais pas sorti une de mes bêtises qui ne font rire que moi XD )

_________________
"I was about to say," said the boy, still looking at Athos,"that
I now know what a gentleman looks like."

( ~Henry Bedford-Jones )

~Olivier, Comte de La Fère
Athos, mousquetaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://millenear.livejournal.com/
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Sam 19 Aoû 2006 - 1:03

Aramis, habillé sobrement, désarmé et accompagné d'un Bazin plein d'entrain, se dirigeait droit vers l'évêché d'Orléans, où il savait qu'il rencontrerait une figure de connaissance. Ce fut le supérieur d'Amiens en personne qui vint accueillir le chevalier, dès qu'il sut l'arrivée de ce dernier.

- Ah! Voici donc le fils prodigue enfin de retour, le Seigneur soit loué!

- Vous mon père ? Faut-il que Dieu ait voulu que nous nous rencontrions encore, et bien loin du village de Crève-Coeur.

- Un village qui portait bien son nom, mon fils...

Aramis avala sa salive mais ne répondit rien. Le supérieur d'Amiens le regardait avec ses yeux gris scrutateurs.

- Vous avez l'air à peine remis de cette blessure et c'était il y a ...près de deux ans il me semble ? Etes vous donc toujours aussi pâle ? Ah, mon fils ! Ab imo pectore ! Rester éloigné de Dieu ne vous réussit pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Sam 19 Aoû 2006 - 1:22

- Non, mon père, et vous me voyez tout prêt à revenir avec humilité au sein de l'Église...

Le visage du jeune homme s'assombrit à la pensée des événements qui s'étaient passés en une si courte période de temps... La rixe, la blessure, Vaudois, la duchesse... oh! surtout la duchesse... Tout cela lui pesait sur le coeur comme autant de poids apparaissant presque insupportables, sans l'aide de Dieu.

- Je viens à vous pour cette raison, mon père. Ma décision est à présent irrévoccable et personne ne viendra m'y faire déroger. Vous avez en votre possession une bonne partie de ma thèse, qu'il me reste encore à corriger selon vos bons conseils. Et ensuite, je serai prêt à passer l'examen pour l'ordination.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Ad   Sam 19 Aoû 2006 - 1:35

- Tout doux mon fils ! Vous êtes au moins toujours aussi enthousiaste et enflammé dès qu'il s'agit de prendre une décision sans mûre réfléxion...La thèse en elle même n'est rien. C'est votre parcours spirituel qui m'interesse... vous ne pouvez plus être prêt en quelques semaines ou en quelques mois. Une telle décision se murit sur des années savez vous ? Ad majorem dei gloriam ! Mais avez vous soupé mon fils ? Venez donc souper chez moi ce soir, nous parlerons de votre thèse et de votre préparation, si le prêtrise est toujours votre vocation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Sam 19 Aoû 2006 - 4:48

Aramis avait peine à en croire ses oreilles. Était-ce là le même homme qui, la dernière fois, attachait à ce point d'importance aux dogmes? Il lui avait alors parlé du monde comme étant diabolique, et voilà qu'à présent que lui le voyait pratiquement comme tel, il l'exhortait à une deuxième réflexion...

Son parcours spirituel... Et lequel? Pris par les intrigues mondaines, les conflits politiques, les cabales et des amours, avait-il seulement cheminé sur le plan spirituel, au niveau de sa foi? Avait-il réellement mis sa confiance en Dieu?

Non... Hormis lorsqu'il était perdu ou angoissé, ou acculé... comme à cet instant.

Aramis tomba sur un genou et posa son front sur la main droite que le révérend lui tendait. Celui-ci posa alors son autre main sur la tête du jeune homme, mouvemment qui lui fit l'effet d'un baume, ou d'un fortifiant, et l'incita à parler avec davantage de facilité.

- Je vous en serais infiniment reconnaissant, mon père, mais auparavant, j'aurais un humble requête à formuler.

- Dites-donc, mon fils.

- Je voudrais vous demander de m'entendre en confession...

(HJ: Je ne suis pas certaine où je m'en vais avec ça, mais j'espère que ça te va, amiga. Sinon, je peux éditer ^^)

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Sam 19 Aoû 2006 - 16:07

Une confession. C'était la journée. Le père Jésuite venait juste de confesser madame de Bois TRacy, amie de Madame de Chevreuse, et l'exercice avait duré longtemps. A présent il devait aller voir la comtesse de Chalais qui sûrement en aurait gros sur le coeur. Alors la confession d'Aramis perturbait considérablement son emploi du temps.

- Voyons, si je vous entends en confession maintenant, je n'aurais plus le temps de revenir chez moi pour notre souper, car j'ai de nombreuses visite à faire encore dans l'après midi. Ce soir ou maintenant, ce sera cà votre convenance, Monsieur d'Herblay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 19:47

Aramis releva la tête et considéra un moment la physionomie du Supérieur avec étonnement. Un doute lui mordit à l'âme, quoiqu'il ne put en comprendre la provenance. Cet instinct lui dictait de se méfier de l'homme qui se tenait devant lui. N'en laissant rien paraître, Aramis inclina la tête en signe de compréhension et se releva.

- Je suis conscient de mon arrivée imprévue, et je ne voudrais pas être un fardeau pour vous, mon père.

- Vous n'êtes pas un fardeau, mon fils. Revenez donc vers vingt heures ce soir, nous pourrons discuter davantage de ce qui tourmente votre âme, et alors, si vous le désirez, je vous entendrai en confession.

- Je vous en remercie, mon père.

Le chevalier prit ostensiblement congé du Jésuite et rappela Bazin, qui s'était respectueusement éloigné pour laisser les deux hommes converser en privé. Ensemble ils quittèrent l'évêché et s'éloignèrent dans la rue. Aramis bifurqua soudain et entra dans une auberge, prenant place à une table près de la fenêtre. De là, il pouvait aisément voir les allées et venues des gens qui entraient ou sortaient de l'évêché. Bazin était entré à sa suite en silence, et se tenait debout derrière la chaise d'Aramis, étonné de l'attitude de ce dernier mais se taisant toujours.

Aramis n'eut pas à attendre longtemps avant de voir la silhouette familière du supérieur se glisser hors du bâtiment et s'éloigner dans une rue. Alors il sortit aussi et le suivit discrètement à une cinquantaine de pas, ne le perdant jamais de vue. Au bout d'un bon moment, l'homme de Dieu entra par une petite porte dans un bâtiment bien quelconque. Ce voyant, Aramis entra dans un établissement situé en biais, et fit signe à son laquais d'approcher.

- Écoutez-moi très attentivement, Bazin, c'est important. Vous allez courir chercher d'Artagnan et lui demander de me venir rejoindre ici au plus tôt.

- Mais, monsieur, pourquoi...

- Pas de questions, Bazin, agissez tout de suite, c'est un ordre.

Le laquais hocha la tête et s'éloigna presque en courant dans la ville.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 21:24

Oyez ! Oyez, ! Oyez mes braves gens
L’histoire de la pucelle d’Orléans !
Qui, il y a maintenant deux cent ans
Nous délivrait de l’Anglois , Orléans !
La pucelle avait atteint dix huit ans
Bardée de fer, chargeant au premier rang,
Elle ne craignait ni la mort ni le sang,
Elle ne craignait ni la mort ni le sang,
La pucelle d’Orléans…

Athos, d’Artagnan et Vaudois écoutaient sur la place du marché la complainte du ménestrel qui, s’accompagnant d’un luth et d’une viole jouée par une jeune personne de l’âge de l’héroïne dont il était question, racontait comment la ville d’Orléans fut délivrée par une jeune fille et restituée au roi Charles de France.

« Elle ne craignait ni la mort ni le sang, la pucelle d’Orléans,
Ni la mort ni le sang, la pucelle d’Orléans »

Vaudois écoutait cette épopée avec un air sombre, aussi sombre que son œil visible…
- Je ne sais pas si j’ai envie d’entendre la suite de cette complainte. Je n’en connais que trop la fin :
« Sur un bûché en la ville de Rouen
Au nom de la foi ils ont brûlé l’enfant ! »

- Bah, fit d’Artagnan, c’est tout de même une belle histoire, une petite fille qui fait la guerre !
- Saviez-vous qu’elle était bergère ? – demanda Athos.
- Bergère ? Vous raillez, Athos !
- Regardez qui vient nous voir…

Vaudois indiquait du doigt Bazin qui accourrait, rouge comme un crustacé cuit à point, suant à grosses goûtes, essoufflé comme s’il venait de rallier Athènes et Sparte d’une seule traite

- Monsieur d’Artagnan, Monsieur d’Artagnan !

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 21:30

Bazin s'arrêta devant les trois gentilhommes, la respiration haletante, le visage écarlate.

- Monsieur d'Artagnan, je viens de la part de Monsieur Aramis... Il a besoin que vous le rejoigniez le plus vite possible...

Le laquais n'en pouvait dire plus. Les deux mains appuyées sur ses genoux, il tentait tant bien que mal de reprendre son souffle.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 21:34

- Oui ca, Bazin ? A l'évêché ?

Bazin fit non de la tête.
- Ou donc? Vas-tu nous le dire si tu veux que nous rejoignons ton maître ?

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 21:37

Bazin passa une main sur son front en hochant la tête.

- Il est à ce moment dans une auberge appelée "Au paon bleu"... Ce n'est pas très loin d'ici, à deux rues au sud. Il a suivi le père supérieur d'Amiens.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 21:45

D’Artagnan considéra Bazin avec attention.

- Ton maître a filé le Père Supérieur, Bazin ? Mais que lui arrive-t-il ? Que peut-il faire du côté du Paon Bleu ? je connais Orléans, et le Paon Bleu est dans la rue des Pas Perdus, pas un endroit pour un père Jésuite, ni pour notre mousquetaire abbé !

- Ne perdons pas de temps, dit Athos en posant sa main sur l’épaule d’Artagnan. Si Aramis réclame de l’aide, c’est qu’il en a besoin !

- Oui, tous pour un ! – répondit le Gascon en prenant le pas de course, derrière Bazin qui était déjà parti.

- Hein ? – fit Vaudois qui venait d’entendre cette formule pour la première fois.

Mais il n’eut pas le temps d’y réfléchir , et partit en courant derrière ses amis.

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Lun 21 Aoû 2006 - 22:58

Aramis vit arriver ses compagnons avec un brin de soulagement. Il avait craint que le Jésuite ne quitte le bâtiment avant qu'ils n'arrivassent. Non armé, il ne pouvait se risquer à suivre un homme qu'il soupçonnait, quand bien même ses soupçons seraient vagues et impréçis.

Il s'était installé derrière un pan de mur, et fit un signe discret à ses compagnons de venir le rejoindre.

- Je vous remercie d'être venu si vite. Je crois que nous tenons un conspirateur.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mar 22 Aoû 2006 - 0:02

- Qu’est-ce qu’il se passe Aramis ?

- Athos, Vaudois, d’Artagnan …Vous êtes venus ensemble ! Dieu soit loué, à nous quatre, nous parviendrons peut-être à savoir ce qu’il se trame ici !

- Aramis, Bazin prétend que vous vous êtes retrouvé dans ce bouge en suivant un prêtre ?

- D’Artagnan, dit Athos avec un léger ton de reproche, ce digne prêtre est peut être arrivé pour administrer une extrême onction ? Vous ne devriez pas juger sans savoir !

- Athos, murmura Aramis, je suivrais plutôt d’Artagnan pour cette fois. Je ne crois pas que le père jésuite soit ici pour des raisons de culte. J’en doute beaucoup !

- Regardez ! - s’exclama Bazin – Il ressort ! Il est avec quelqu’un…

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mar 22 Aoû 2006 - 0:27

Les visages d'Aramis et de Vaudois prirent une teinte de cire, et Vaudois se recula instinctivement derrière ses compagnons, tendit que le regard d'Aramis s'assombrissait et que ses poings se refermaient de colère.

- Morbleu! Judain... Lui... Parmi les conjurés?

Aramis agrippa le bras d'Artagnan et vrilla son regard dans le sien.

- Cela devient plus grave que je ne le croyais, et nous ne serons peut-être pas assez de quatre pour ce qui nous attend. Il faudrait que deux d'entre nous aillent avertir les autres de venir aussi.

- Connaissez-vous cet homme avec le Jésuite, d'Herblay?

- Oui, je le connais... trop bien... Cet homme est capable de tout.

Aramis suivit un moment du regard les deux hommes qui marchaient d'un pas tranquille tout en devisant.

- Ils vont vers Blois, remarqua d'Artagnan en plissant le regard.

Aramis hocha gravement la tête, son regard allant d'Athos à d'Artagnan, puis à Vaudois, à qui il souhaitait communiquer de la force. La physionomie du protestant était visiblement calme, mais le chevalier savait qu'au fond de son âme s'agitait le même sentiment troublé qui agitait son coeur à lui. Il se mordit les lèvres, et serra brièvement la main de Vaudois dans la sienne.

- Vaudois et moi, nous connaissons cet homme et ce qu'il est capable de faire. Nous allons les suivre et voir où ils vont... ensuite, l'un de nous reviendra en arrière pour vous dire où ils sont allés. Ainsi, nous serons assurés de ne pas les perdre de vue... Qu'en dites-vous?

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Vaudois

avatar

Nombre de messages : 272
Âge : 23 ans
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mar 22 Aoû 2006 - 8:49

Vaudois avait suivi les deux amis avec un flegme détaché et morne. Non que la chose lui coutât.. Au contraire, l'amitié de deux êtres comme Athos et Artagnan était un bien précieux. Non, simplement parce qu'il ne se sentait pas concerné. Il exécutait les ordres reçus, rien de plus. Aussi se tenait-il, muet et impassible, un peu en retrait derrière Aramis, Artagnan et Athos, les yeux dérivant dans le vague, quand son regard se posa sur le visage désigné par Bazin. Son oeil de ténèbres flamboya un instant avant de redevenir vitreux. Instinctivement, Vaudois se replia derrière Athos, en crispant la main sur la poignée de son péée.

Il n'y allait certainement pas de frayeur...Certainement pas, même... Vaudois, même enfant, n'avait que haine et que mépris pour le Frère Judain. Non, il y allait plutôt d'un instinct de conservation, non pour lui, mais pour ses compagnons et sa mission. Car, malgré tout ce qu'il s'était promis devant l'incroyable souffrance de John, Vaudois sentait ressurgir en lui cette haine vibrante dont il s'était abreuvé pendant tant d'années. Il n'avait rien pu effacer... Il n'avait pas pu changer, comme il l'avait tant désiré pour l'enfant dont il avait maintenant la charge. Sans doute au fond,d'ailleurs, n'y a-t-il que la lune qui ne change pas... Non, cette haine qui sourdait toujours en lui avait refait surface, plus impétueuse et violente que jamais. En elle et sur Judain s'était cristallisée la rage que Vaudois avait ressentie, au fond du silence de son âme, devant les cicatrices de John. Comme si Judain avait été deux fois coupable.

VAudois s'était replié pour ne pas céder à la pulsion qui montait en lui, presque à l'en suffoquer, de sauter à la gorge et de l'étrangler de ses propres mains, comme un misérable.
Son visage blème paraissait pâlir encore de violence contenue et son oeil rencontra celui d'Aramis, qui cherchait le sien, dans le but sans doute de lui apporter un soutien muet. Mais ce regard et la pression de main qui l'accompagna exaspérèrent plus encore sa rage.
Il eut un sourire carnassier qui effraya Athos lorsqu'Aramis proposa à ses compagnons de suivre le Frère....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mar 22 Aoû 2006 - 14:39

Athos regarda d'Artagnan, secouant négativement la tête. Le Gascon comprit aussitôt.

- Ces hommes vous connaissent déjà n'est-ce pas ? Que se passer- t-il s'ils se rendent compte que vous les suivez ? Le père Jésuite reconnaîtrait bien Bazin aussi… Mais avec un peu de chance, il m'aura oublié, ne m'ayant vu qu'une fois. Quant à Athos, ils ne le connaissent pas.
- Pas le moindre du monde, confirma Athos.

Aramis voulut protester, mais le lieutenant lui posa la main sur le bras avec autorité et lui dit :

- Aramis, c'est mieux ainsi, croyez moi, et si je vous "prie" de retourner à l'auberge avec les autres –il lança un regard appuyé à Vaudois- ce n'est pas pour vous priver du désir ardent de suivre ces hommes, mais pour que notre entreprise ait les meilleures chances de réussite. Rassemblez tout le monde. Restaurez-vous et faites seller les chevaux. Nous reviendrons vous rechercher avec l'adresse de ces drôles et puisque vous semblez avoir un compte à régler avec eux, soyez sûr que nous les retrouverons bientôt.

Aramis parut se détendre et approuva d'Artagnan d'un signe de tête. L'œil de Vaudois qui étincelait d'une lueur inquiétante l'intant d'avant s'était eteint subitement. Les trois hommes firent demi-tour tandis que d'Artagnan et Athos passaient à pied la porte de Bourges.

- Ils ont été chercher des chevaux au relais de poste. Nous ferions bien d'en faire autant, dit Athos.

Et les deux hommes entrèrent résolument dans l'établissement dont l'enseigne figurait Mercure, en pleine course, ses petites ailes aux pieds déployées….

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mar 22 Aoû 2006 - 17:25

Aramis regarda Athos et d'Artagnan s'éloigner un moment sur le sillage des deux conjurés, puis, accompagné de Vaudois silencieux et sombre et d'un Bazin inquiet, il retourna vers l'auberge choisie par Porthos. Le grand mousquetaire était tranquillement installé sur une chaise longue devant l'établissement et semblait disposé à la sieste. Aramis posa fermement sa main sur son épaule. Porthos leva les yeux et rencontra le regard sans équivoque du chevalier, et aussitôt il se leva, l'air grave.

- Que se passe-t-il, Aramis?

- Prenez rapidement vos armes, et faites sceller les chevaux par les laquais, Porthos. Il n'y a pas de temps à perdre. Monsieur le comte, dit-il à l'adresse de de Wardes, qui était attablé devant une bouteille de vin, votre présence sera également souhaitée.

Aramis s'assit avec l'objectif louable d'avaler quelque nourriture solide. Mais la vue même des victuailles sur la table révoltait son estomac. Il se versa une coupe de vin et grignota un petit pain, méditant. Le comte de Wardes ne faisait que l'observer, l'air presque goguenard. Ce qui n'améliorait en rien l'humeur du chevalier, déjà fort sombre.

Pendant ce temps, Bazin, Edouard, Mousqueton et Grimaud s'occupaient de sceller les montures. Lubin leur donnait un supplément d'avoine, en prévision qu'ils auraient un long chemin à faire. Au bout d'un moment, Edouard, distrait et torturé par une pensée incessante. Il s'approcha du chevalier attablé, qui était occupé à inspecter la lame de son épée.

- ... Monsieur Aramis... S'il vous plaît... Puis-je vous demander quelque chose?

Aramis releva les yeux de son occupation, et il fascina Edouard de son regard de braise. La manière avec laquelle se tortillait le serviteur ne l'aidait en rien à l'écouter calmement.

- Qu'y a-t-il, Edouard? Dépêchez-vous, que diable, je suis occupé.

- Il y a si longtemps que nous avons quitté Paris... Je voudrais vous demander la permission de retourner sur nos pas pour aller chez mon père...

Aramis roula des yeux un moment, puis regarda à nouveau Edouard.

- Dites-moi, Edouard, savez-vous compter?

- Heu... Oui monsieur...

- Depuis combien de jours voyageons-nous, dites-moi.

- Heu, je dirais environ 4 jours...

- Donc... Logiquement... Il y a quatre jours de distance d'ici à Paris, non?

Edouard se taisait, de plus en plus mal à l'aise. Aramis posa son épée et se leva, venant se planter nez à nez avec le laquais hésitant, le visage furibond.

- Allez continuer votre travail, bougre d'âne! et ne venez plus m'importuner pour de pareilles stupidités! ALLEZ!!!

Edouard tourna les talons très rapidement et couru à l'écurie où il se mit à ses tâches en soupirant.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay


Dernière édition par le Mer 23 Aoû 2006 - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Mer 23 Aoû 2006 - 22:56

Au bout d'un temps qui parut interminable au chevalier, il vit Athos arriver au galop sur un cheval de post. Il ne dit rien mais son regard était éloquent. Athos descendit de cheval et Aramis s'approcha de lui.

- Nous avons réussi à savoir où ils se rendent, répondit le comte à l'interrogation muette dans le regard du chevalier. Il n'y a pas un moment à perdre, suivez-moi.

Athos ne semblait pas disposé à en révéler davantage. Aramis réprima un geste impatient et monta en scelle.

- Le supérieur des Jésuites est rentré à l'évêché, mais l'homme qui l'accompagnait a continué son chemin.

- Alors, allons-y, nous vous suivons, comte.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Orléans   Dim 27 Aoû 2006 - 8:38

(HJ: Posts suivants ont été déménagés sous ce nouveau sujet:

http://mousquetaires4.easyforumpro.com/viewtopic.forum?t=143 )

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orléans   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orléans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orléannais
» Après Haiti,Cuba,Sauve qui peut à la Nouvelle Orléans avant l'arrivée de Gustav
» [Coop Orléans] Affaire Jacquebelburne vs Kevin63330 COUPABLE
» [Mémoires de Philippe d'Orléans]
» Debrief Orléans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Trois Mousquetaires :: Archives royales :: Archives-
Sauter vers: