Forum Trois Mousquetaires

Une suite inédite aux aventures de nos quatres compagnons légendaires!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan

Aller en bas 
AuteurMessage
Athos
Admin
avatar

Nombre de messages : 629
Localisation : Dans sa casaque, sa tête dépasse...
Rang : Comte
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Ven 18 Aoû 2006 - 13:09

Juste parce qu'hier, j'ai passé ma journée à Lille, et que j'ai trouvé... CA !!!!!!!! ==>

http://www.deviantart.com/deviation/38218631/

OK, Sandras, il écrit comme un pied.... Mais qu'est ce que c'est rigolo XD

40 euros les trois tomes, chez un bouquiniste amateur... Bobo au porte monnaie ( qui sonne de plus en plus creux Crying or Very sad ), m'enfin, m'en tape, je suis heureuse XD

_________________
"I was about to say," said the boy, still looking at Athos,"that
I now know what a gentleman looks like."

( ~Henry Bedford-Jones )

~Olivier, Comte de La Fère
Athos, mousquetaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://millenear.livejournal.com/
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 19 Aoû 2006 - 1:58

Bon courage pour la version intégrale...A la fin du stage, le lecteur épuisé écrit comme Courtilz...avec l'orthographe de d'Artagnan! Sans mentir *bave d'envie" t'a payé ca combien ?

Enfin, si de Sandras n'avait point terni l'honneur de D'Artagnan (donc mon honneur, Mordious !) Dumas-Maquet n'auraient pas écrit les trois Mousquetaires et je fusse tombé dans l'oubli...(snif)

Une confidence que j'aurais faites à Athos l'aurait-il inspiré sur ce coup là...? J'ai trouvé que Courrtilz introduisait bien mon introduction...En langage plus clair, Courtilz m'a servi de prétexte pour mitoner le chapitre introductif de mon roman mousquetairien.

Il s'appelle LE SECRET D'ARAMIS et il n'est toujours pas terminé.......
En voici les premières pages...
(et je remercie Athos de sa discrétion et les membres de ce forum qui accepteront de garder le secret d'Aramis comme le leur, jusqu'à ce qu'il soit révélé...par Aramis !).


Chapitre : préliminaire


Pierre Quarré d’Aligny venait d’apercevoir la marquise, assise un peu à l’écart de la foule des invités. Auprès d’elle sa petite fille, Lady Eléonore, vingt ans, veillait à répondre au moindre de ses désirs. Cela ne semblait pas ravir la vieille dame qui ne cessait de lui dire : « Allez vous amuser, mon enfant, profitez de la soirée ! ». Un cavalier aborda les deux femmes et leur présenta ostensiblement ses hommages. De dos, le comte d’Aligny ne pouvait pas le reconnaître. Il décida de se joindre au groupe et de faire à ces dames un joli compliment à sa manière. Il n’avait pas revu la marquise depuis des années. Cette soirée à la Carnavalette était l’occasion de la retrouver, et d’évoquer quelques souvenirs du passé. Il en profiterait aussi pour voir la figure de ce cavalier. Le comte d’Aligny s’approcha donc du trio, doublant, indifférent, des dizaines d’invités qui conversaient dans un brouhaha général. La marquise le vit enfin et ses yeux s’agrandirent de surprise. Un sourire de joie éclaira son visage.
- Pierre ! Est-ce bien vous ? Nous ne pensions plus vous revoir à Paris.
- Je ne suis que de passage, je pars demain pour Lille.
- Comme je suis heureuse de vous voir ! Laissez-moi vous présenter ma petite fille, Lady Eléonore.

Le comte s’inclina puis il se tourna vers le cavalier. A sa vue, il resta muet de stupéfaction. Si ce n’était cet habit d’officier aux gardes, et la mode différente en cet hiver 1701…On aurait dit, on aurait juré…
- D’Artagnan, dit le lieutenant en se présentant.

Pierre Quarré d’Aligny le fixa, le regard brouillé d’émotion.
- Vous êtes Joseph de Montesquiou, n’est-ce pas ? Comme vous lui ressemblez à présent !
- L’âge venant, je me suis mis à lui ressembler davantage. Même le roi l’a remarqué. Il me fait l’honneur de m’estimer en souvenir de lui. Je lui rappelle trop "son" d’Artagnan.
- Je me suis laissé dire que vous étiez un fameux soldat aussi. Le roi vous estime pour vos mérites. Je me souviens de vous à Maastricht. Vous étiez déjà une sacrée fine lame, il y a …bientôt trente ans, est-ce possible ?

Eléonore murmura à l’oreille de la marquise.
- Trente ans ! Sont-ils si vieux que cela ?
- Hélas ! Le temps passe si vite. Je les ai connus tout petits.
- Nous étions cadets, Mademoiselle, chez les Grands Mousquetaires.
- « Il » en était le sous-lieutenant, le lieutenant et le capitaine !
- «Il » se mettait sur la paille pour ses hommes !
- Mais il ne faisait pas de concession dans le commandement.
- Je n’ai plus jamais connu depuis un chef qui soit capable d’être un vrai chef tout en étant un ami.

La marquise sourit et fit signe aux deux hommes de s’asseoir sur une banquette toute proche. La jeune fille prit place à ses côtés. La marquise lui confia :
- C’est grâce à lui que j’ai eu l’honneur de rencontrer ces deux gentilshommes. Le comte d’Aligny était un compagnon d’armes.
- Et moi, j’étais son neveu et son apprenti, dit Montesquiou. Je ne savais pas ce que j’allais faire de ma vie. Il m’a montré le chemin. Il m’a accueilli chez lui alors que je n’étais encore qu’un enfant. Il m’a élevé comme son fils. Il a été un deuxième père quand je n’avais plus le mien.
- Chez d’Artagnan, on croisait aussi votre cousin, dit la marquise, Pierre de Montesquiou. Est-il toujours au service du roi ?
- Pardieu ! Plus que jamais.
- Il appréciait aussi la bonne chair, se souvint d’Aligny. Votre oncle avait un fameux cuisinier.
- Oui, les soirées étaient gaies autour de sa table.

Perdus dans leurs pensées, les trois anciens se turent un moment. La jeune Eléonore rompit ce silence.
- Hélas ! Je n’entends rien à tout cela, je ne partage pas vos souvenirs.
- Nous nous rappelions d’Artagnan, Mademoiselle, qui fut le premier vrai capitaine de la compagnie des Grands Mousquetaires. Il est mort l’année de mes vingt deux ans, et pourtant j’ai l’impression de l’avoir connu toute ma vie.
- D’Artagnan, celui dont parle ce livre ?
- Ah ! Mademoiselle, s’insurgea d’Aligny, croyez les derniers témoins encore vivants qui l’ont bien connu. Et ne croyez pas ce Courtilz de Sandras. Ses «mémoires» sont un brûlot infâme qui ne vaut pas la réputation qu’on lui fait. Jamais d’Artagnan n’aurait fait les choses qui sont décrites dans ce livre et la plupart des gens ordinaires ne l’auraient pas fait non plus. Mais il a accompli des exploits que ce Courtilz ne soupçonne pas. Il a sauvé ce royaume plusieurs fois !
- Et il n’a jamais trahi personne, précisa Montesquiou, le roi connaissait sa fidélité à toute épreuve.
- Il avait de la bravoure comme ceux de son temps, mais il avait en plus le courage de résister à la bêtise, ce qui, déjà à l’époque, était moins courant.
- Il est resté fidèle à ses amis toute sa vie. Et même les femmes…

Les deux hommes s’arrêtèrent, prudents. Un coup d’œil vers la marquise leur dirait s’ils pouvaient continuer dans cette voie. La vieille dame donna un accord, en précisant :
- Allez-y. Mais mesurez vos propos. Certaines de ces dames sont encore en vie.
- Et bien, poursuivit le comte, il n’était pas du tout l’amoureux opportuniste décrit par de Sandras. Je ne l’ai pas connu jeune, mais celui que j’ai connu avait un réel respect pour les femmes, autre que protocolaire. Personne ne savait laquelle, parmi les dames qu’il rencontrait en société, était sa maîtresse. Il était plus discret qu’une tombe ! Ce qui est sûr c’est que pour beaucoup d’entre elles il était un ami sincère et que cela dépassait les usages de la courtoisie galante.
- Il avait de la prestance, se rappela la marquise, ce qui le rendait intimidant aux yeux de certains. Mais ceux qui l’ont côtoyé l’appréciaient. On lui connaissait peu d’ennemis à la cour mais il entretenait des relations amicales avec beaucoup gens et en particulier, il appréciait la compagnie des femmes, ne limitant pas leurs qualités à la seule beauté physique.
- Mais vous grand-mère, vous le connaissiez bien ?

Un léger sourire effleura le visage de la vieille dame. Et elle confessa à sa petite fille et aux deux gentilshommes stupéfaits :
- La première fois que je l’ai vu, j’étais haute comme trois pommes, et lui n’avait pas vingt cinq ans.

Le lendemain, Eléonore se rendait chez sa grand-mère qui résidait dans un hôtel de la rue Saint-Jacques. Elle avait prévu d’y rester quelques jours avant de regagner l’Angleterre rejoindre sa famille. Eléonore était la petite fille de la marquise par sa mère, et la fille d’un gentilhomme anglais. Elle avait passé sa jeunesse à voyager entre l’Angleterre et la France et goûtait les joies du voyage, de l’aventure, de l’imprévu toujours présent au détour d’un chemin. Elle aimait les récits épiques, le panache et ressentir toutes sortes d’émotions. Elle essayait de se représenter la vie de sa grand-mère toute jeune, dans cette France oubliée de Louis-le-Juste. Elle s’interrogeait sur ce d’Artagnan que même ses plus chauds partisans n’avaient pas connu jeune. Elle n’avait parcouru que distraitement les «mémoires» de ce monsieur de Sandras et seulement parce que ce livre était interdit, ce qui le rendait d’emblée plus intéressant. Mais voilà que le livre était faux et sa propre grand-mère connaissait seule la vérité… Il n’en fallait pas plus pour attiser sa curiosité.

La marquise l’accueillit avec le sourire, comme de coutume. Elles allèrent se promener dans le jardin et au moment de rentrer, la vieille dame encore toute imprégnée de leur rencontre de la veille, lâcha tout à coup :
- C’est dans un jardin comme celui-ci que d’Artagnan et ses amis ont reçu leur première mission de la reine de la France.
Eléonore sentit son cœur battre.
- Au nom du ciel, grand-mère, ne me raconterez-vous jamais cette histoire ?
La marquise sourit et se dirigea vers la cuisine. Tout en sortant d’un placard un pot de confiture aux fruits rouges qu’elle avait elle-même préparé, elle avoua.
- Certains faits qui se sont produits jadis n’ont jamais été expliqués car ils ont toujours été entourés du plus grand secret. Le d’Artagnan de Carré d’Aligny et de Montesquiou en fut l’un des acteurs principaux, dans sa jeunesse. Ce que je vais vous raconter, ma chérie, plus aucune personne vivante aujourd’hui ne le sait. Et il faudra garder le secret même s’il cela vous pèse.
- N’ayez crainte, je sais garder un secret.
- Je n’en doute pas mais ce que je veux dire, c’est qu’il vous faudra accepter de laisser perdre la connaissance de faits admirables qui auraient assuré la fortune des héros de cette histoire s’ils avaient pu être révélés. Au lieu de cela, ils ont connu des années de misère pendant lesquelles ils ont tout perdu, leur nom, leur liberté, leur avenir, leur passé même puisque leur nom fut effacé des registres de leur compagnie et ne fut plus inscrit nulle part.
- Etaient-ils donc des criminels ?
- Pas du tout. Ils ont été recrutés pour des missions très spéciales justement à cause de leur grande valeur.
- A vous entendre, grand-mère, on jurerait qu’ils ont été enterrés vivants. S’ils étaient de si bons éléments, pourquoi ont-ils accepté de compromettre leur carrière, car c’est bien de cela qu’il s’agit n’est ce pas ?
- Tout juste ! Disons simplement qu’ils n’ont pu refuser une proposition faite par un grand ministre qui en savait long sur leur compte.
- Ils avaient des secrets ?
- Prenez une tartine de confiture, et buvez un peu de ce lait au miel. Je vais vous conter leur histoire. La nuit va être longue…

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 19 Aoû 2006 - 4:27

...........

*j'ai fait une crise d'hyperventilation*

I.... am... dazzled!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merveille de merveille, extraordinaire, fabuleux!

Où trouver les mots, mais où?

C'est FANTASMAFABULOPHÉNOMÉNAL!!!!!!!

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 2 Sep 2006 - 2:17

Encore une magnifique image signée Andro, artiste de talent ^^


_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
D'Artagnan
Admin
avatar

Nombre de messages : 498
Localisation : Paris
Âge : 20
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 2 Sep 2006 - 2:21

Avec les remerciment de d'Artagnan à d'Artagnan.

Andro ! ta plume nous enchante
Et ton crayon nous charme.

Merci ! I love you

vive toi cheers

_________________
On i a misèra, que i a guèrra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athos
Admin
avatar

Nombre de messages : 629
Localisation : Dans sa casaque, sa tête dépasse...
Rang : Comte
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 2 Sep 2006 - 19:02

Eeeeeeeeeeeeeerrrrrr......

*sais plus quoi dire du coup*

Merci beaucoup à vous Embarassed Embarassed Embarassed ^^;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

_________________
"I was about to say," said the boy, still looking at Athos,"that
I now know what a gentleman looks like."

( ~Henry Bedford-Jones )

~Olivier, Comte de La Fère
Athos, mousquetaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://millenear.livejournal.com/
Grégoire de La Tréaumont

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 33
Localisation : hélas, plus souvent du mauvais que du bon côté du mousquet ...
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Sam 2 Sep 2006 - 20:09

Boaf ! moi je trouve ça nullos . Y a des autodafés qui se perdent à notre époque .

VIVE MOI !!!! cheers cheers cheers

( lol! )

mais QUE FAIT L'INQUISITION ? de tels dessins en excitant les passions les plus viles corrompent la jeunesse .

À QUAND UN CALENDRIER DES MOUSQUETAIRES EN PETITE TENUE, je vous l'demande ??? affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athos
Admin
avatar

Nombre de messages : 629
Localisation : Dans sa casaque, sa tête dépasse...
Rang : Comte
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   Dim 3 Sep 2006 - 15:06

Eh je demande que ça, moi, vil pervers, mon frère ! Mais va savoir si tout le monde sera de notre avis Razz

_________________
"I was about to say," said the boy, still looking at Athos,"that
I now know what a gentleman looks like."

( ~Henry Bedford-Jones )

~Olivier, Comte de La Fère
Athos, mousquetaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://millenear.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charles de Batz-Castelmore d'Artagnan
» Les Hommes d’Épée [6/6]
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Trois Mousquetaires :: Archives royales :: Archives-
Sauter vers: