Forum Trois Mousquetaires

Une suite inédite aux aventures de nos quatres compagnons légendaires!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Guet-Apens

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Grégoire de La Tréaumont

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 33
Localisation : hélas, plus souvent du mauvais que du bon côté du mousquet ...
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Guet-Apens   Mer 30 Aoû 2006 - 15:20

''Pourquoi ne faudrait-il pas se laisser prendre vivant ?'' s'étonnait Grégoire en récupérant machinalement ses poignards, qui venaient de faire passer le goût de l'escarmouche à deux glottes de malandrins . Il en eut d'ailleurs à peine le temps car on l'arracha au champ de bataille . Ce qui aurait dû être son dernier coup sur la tête se transforma à cette occasion en une estafilade en diagonale sur le front . Son bon oeil s'en trouvait partiellement aveuglé .

À la panique générale, il crut toutefois pouvoir diagnostiquer une seconde vague d'assaut plus fatale encore . ''... et c'est qui, ces démons de l'enfer, à la fin ?'' cria-t-il en rompant en direction de la petite porte qu'il avait crochetée . Nul ne semblait les y attendre ; le comptoir et la bataille faisaient oublier cette possibilité aux assaillants qui s'attendaient de toute évidence, au vu de leur nombre écrasant, à acculer leurs proies en quelque cave ou réduit où l'on pourrait les mitrailler à son aise .

Sans doute la modeste auberge n'avait-elle jamais vu pareille foule, ni pareille animation, à une heure si tardive ... et dire qu'il n'y aurait là nul bénéfice pour le malheureux aubergiste ! à moins qu'un grand seigneur ne lui loue la place et les dégâts probables à prix d'or, le traître ... décidément, fréquentez donc l'aristocratie et le beau monde ...

''J'ai quelque chose à récupérer aux écuries !'' répétait-il tout en retournant ces pensées en son esprit, cherchant à se dégager du bras d'acier qui le mettait malgré lui en sécurité . ''Et comment comptez-vous échapper, sans montures ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis
Admin
avatar

Nombre de messages : 658
Localisation : Paris
Rang : Mousquetaire du Roy
Âge : 24 ans
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Guet-Apens   Mer 30 Aoû 2006 - 19:02

- On se replie !-hurla d'Artagnan en frappant et en rompant. Tout le monde dehors ! Mordious ! Sauvez votre peau où ne vous laissez pas prendre vivant !

Cette parole d'Artagnan sonna la retraite pour les assiégés, lesquels sortirent, d'abord les laquais, ensuite de Wardes puis Porthos, La Tréaumont, qui avait été poussé dehors d'autorité par d'Artagnan. Aramis et Vaudois protégeaient cette retraite avec les dernières balles qu'ils avaient en leur possession.

- Allez! cria le chevalier à ses deux compagnons, nous vous couvrons!

Sur ce, il visa soigneusement et tira sa dernière charge dans la tête de l'un des assaillants, lequel s'écroula comme une masse.

Au même moment, une autre salve partit de la ligne ennemie, semblant envelopper les deux hommes dans un feu infernal. Aramis ressentit une effroyable brûlure lui envahir le bras droit, lui faisant lâcher l'arme. Il vit comme au travers d'un brouillard de douleur Vaudois sur sa gauche tituber, portant la main à sa poitrine et la retirant écarlate, faire un pas en blêmissant, puis s'écrouler sur le sol. Sans prononçer le moindre son.

Instantanément, des dizaines d'hommes encerclèrent le chevalier et son compagnon, le mettant en joue de toute part.

- Rendez-nous votre épée, Monsieur. Sur-le-champ.

Aramis jeta un regard circulaire puis ses yeux se posèrent sur celui qui avait parlé. Sans dire un mot et avec une expression de profond mépris sur le visage, il brisa sa lame rougie sur son genou et en jeta les deux morceaux sur le sol devant l'homme.

_________________
Ondoyant comme le fleuve sinueux...
Et tout aussi fougueux...

René Aramis,
Chevalier d'Herblay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetaires4.easyforumpro.com
Grégoire de La Tréaumont

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 33
Localisation : hélas, plus souvent du mauvais que du bon côté du mousquet ...
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Guet-Apens   Mer 30 Aoû 2006 - 19:54

L'un des hommes victimes du tison flamboyant manié par Vaudois quelques instants plus tôt avait été plus durement touché que les autres, et nul ne se préoccupant de son sort, courut à l'extérieur afin de trouver un tonneau de pluie ou une mangeoire où éteindre les flammes qui attaquaient ses habits de toutes parts . Il n'eut en fait que le temps de se défaire de son baudrier de fortune, où s'attachait sa poire à poudre et qui grésillait déjà comme l'oie sur la rôtissoire . Il jeta au loin le périlleux équipement et plongea au sol, puis il y eut un instant de silence comme si un chanteur d'opéra reprenait sa respiration avant l'ave maria final . Enfin, la poudre prit feu et explosa, portant le feu rugissant et la destruction alentour parmi les pailles et autres fourrages qui recouvraient le sol .

Lorsque les assaillants se retournèrent, quelques escarbilles passaient d'un vol menaçant en direction des communs, et les flammes grondantes léchaient déjà les poutres les plus proches . Mais il n'y avait pas péril en la demeure, puisqu'elle ne leur appartenait pas ... ils revinrent donc à leur tâche première, à savoir la capture d'Aramis .

Par contre il y eut quelqu'un pour qui ce démarrage de feu signifiait davantage que toutes les arrestations du monde, futiles revers d'une fortune versatile : le tableautin de La Tréaumont était demeuré au milieu de la paille de cette maudite grange, et constituerait à n'en point douter un fort convenable combustible . Il écarquilla deux yeux qui, si l'un voyait tandis que l'autre non, exprimaient tous deux le même sentiment d'horreur impuissante . Son instinct lui disait ce qui allait se passer . Il lui dicta aussi ses actes .

''Écoutez, vraiment, il me faut cette toile ! ... je reviens tout de suite !'' s'excusa-t-il en bousculant D'Artagnan ( quels noms décidément ... encore un Gascon ... les cadédis se fourrent partout ... ) et en regagnant l'intérieur où il rampa pour ainsi dire à quatre pattes, rasant les murs et se glissant derrière les meubles renversés, silencieux comme une ombre . La pièce était pleine d'ennemis qui entouraient un homme se tenant au milieu du champ de bataille ( leur chef ? Grégoire n'eût pas juré qu'ils en avaient un ) ou interrogeaient de la pointe de leur botte l'état d'un camarade blessé .

Il fallait qu'il regagne la cour sans se faire prendre . Il fallait qu'il évite cette fois de laisser quoi que ce soit attirer son attention . Maintenant, la lueur rougeoyante venait du dehors ... il ne fallait pas qu'il perde à nouveau ce tableau qui comptait maintenant plus que sa vie . Il essaya d'oublier que malgré tout ce qu'il avait à lui reprocher, c'était à la réalité que lui-même continuait d'appartenir, et qu'il n'entrerait jamais plus dans ce tableau, dûsse-t-il le protéger religieusement des lustres encore .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athos
Admin
avatar

Nombre de messages : 629
Localisation : Dans sa casaque, sa tête dépasse...
Rang : Comte
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Guet-Apens   Mer 30 Aoû 2006 - 20:03

( HJ : Attention, passage KITCHISSIME !!! )

Athos, avec l'aide de d'Artagnan, avait entraîné tout le groupe à l'extérieur, profitan,t du passage que Grégoire de La Tréaumont leur avait indiqué. Ce dernier était d'ailleurs aux mains de Porthos, qui le maintenait ferme pour l'empêcher de courir aux écuries.

"Et comment compter vous vous échapper, sans montures ?" Lâcha t-il.

-Si nous traversons la cour maintenant, nous nous ferons tuer par le reste de ces mercenaires... Grogna de Wardes.

Grégoire ne l'écouta pas, et d'un mouvement sec, s'échappa de la poigne de Porthos pour courir aux écuries qui venait de prendre feu.

Athos quand à lui, en bon père de famille veillant sur ses enfants, était occupé à vérifier l'état de ses troupes. Aramis et Vaudois avaient dit qu'ils les couvraient.... Mais Aramis et Vaudois étaient toujours à l'intérieur !

-Quelque chose cloche... Murmura Athos pour lui même. Aramis et Vaudois sont restés en arrière... Je vais tâcher d'aller voir ce qui s'est passé.

D'Artagnan ouvrit la bouche, faisant un pas vers le mousquetaire, mais...

-Non, d'Artagnan. Vous, vous restez là.

-Athos, vous n'y retournerez pas seul ! Aramis et Vaudois sont peut être pris ou tués, vous subirez le même sort !

Athos avait son épée à la main, et faisait déjà un mouvement pour retourner se glisser dans l'auberge.

-Justement... Dit-il sans se retourner. J'ai besoin de vous ici, en cas de problème. Vous êtes le plus à même de faire ce qu'il faut, quand il le faut, et de vous occuper de tout si jamais...

Athos, sans terminer sa phrase, fit trois pas de plus, et vit le mouvement de d'Artagnan pour lui aggripper le bras et le secouer sans doute un peu. Il lui saisit la main, l'attira près de lui, et parla très vite, et très bas.

-Mon fils, je les ai peut être perdus eux... Je ne vous perdrais pas vous. Restez ici, attendez nous, et si nous ne revenons pas, partez sans vous retourner. Adieu.

Et Athos s'élança à travers la petite porte crochetée, en la refermant au nez du gascon. Tâtonnant dans l'obscurité, il finit par retrouver le chemin de la salle. Doucement, il se pencha pour voir...

- Rendez-nous votre épée, Monsieur. Sur-le-champ.

Et un bruit de lame qui se casse. Monsieur... Monsieur. Il n'en restait donc qu'un seul debout... Athos voulu s'avancer davantage pour entendre encore, pour voir... Et dire qu'il était le premier à répéter sans cesse à d'Artagnan de ne pas agir stupidement sans réfléchir...

Le comte parcourut la dernière zone d'ombre, voulu s'appuyer sur une cloison, et... Glissa en pleine lumière. La cloison n'était qu'un rideau. Athos, aveuglé pendant uen brève seconde, n'eut que le temps d'apercevoir Aramis, les bras entravés par la poigne de deux assaillants, et Vaudois... A terre.

-Athos ! S'exclama Aramis.

-Un troisième !

Athos rouvrit les yeux, leva son épée, se courba, prêt à attaquer, mais...

-Reste tranquille, toi, ou il aura bientôt un trou de plus.

Athos se tourna vers celui qui venait de parler. Un cavalier vêtu pointait une dague trop propre pour avoir servi pendant la bagarre sur la gorge d'Aramis. Athos ne bougea pas. Le cavalier ôta son feutre et pencha la tête de côté, ses yeux rivés dans ceux du mousquetaire.

-Tu ne m'as pas entendu ?

Un éclair d'argent plus tard, et il avait planté sa dague dans le bras valide qui restait à Aramis. Celui ci se mordit les lèvres, mais ce ne fut pas le grognement de douleur qu'il aurait aimé pousser qui en sortit..

-Hmmf... Hijo de puta...

Une seconde après, la dague était entre ses dents.

-Si tous les hommes sont frères, alors ta mère ne valait pas mieux que la mienne.

Il se tourna de nouveau vers Athos.

-Pose ton arme, j'ai dit, ou je lui coupe sa langue trop bien pendue.

Athos fronça les sourcils, serra les dents, et brisa lui aussi son épée. A peine avait t-il relâché le fer que quatre mains puissantes et nerveuses lui saisirent les bras, et l'entraînèrent au dehors.

_________________
"I was about to say," said the boy, still looking at Athos,"that
I now know what a gentleman looks like."

( ~Henry Bedford-Jones )

~Olivier, Comte de La Fère
Athos, mousquetaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://millenear.livejournal.com/
Grégoire de La Tréaumont

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 33
Localisation : hélas, plus souvent du mauvais que du bon côté du mousquet ...
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Guet-Apens   Mer 30 Aoû 2006 - 22:19

L'écurie commençait à ressembler à la patrie d'élection de maître Vaudois . Les chevaux, souvent malmenés en ce genre d'aventures, semblaient se douter de ce qui les attendait et ne demandaient qu'à se mettre en sécurité, ce que leur interdisaient leurs liens, sur lesquels ils tiraient de toutes leurs forces . En voyant entrer l'homme, ils se mirent à pousser d'éloquents hennissements .

Grégoire aimait les animaux, mais là, ce n'était pas le moment . Il traversa d'un bond un rideau de flammes et retrouva sous la paille, où il l'avait caché, le précieux cadre qui n'aurait pas valu vingt sols chez le prêteur sur gages . Il poussa un soupir de soulagement, frappant sur sa manche pour éteindre la fumée brûlante qui en montait, et grimaçant en rencontrant un petit souvenir sanglant de l'escarmouche précédente . Puis il réalisa que le coin supérieur droit avait été rongé par la chaleur .

Très bien ! c'était une affaire personnelle, quelqu'un paierait pour ça .

À la réflexion, ces braves chevaux méritaient bien un peu d'air . Et quoi que recherchent ces mousquetaires et leurs amis, ils l'auraient . Et qui que soit le prince qui avait payé cet aubergiste assez cher pour qu'il laisse brûler son auberge, ce prince apprendrait le nom de La Tréaumont, et le sens du mot ''remords''. Grégoire ouvrit toutes les stalles et claqua la croupe des animaux en poussant des cris ; les braves bêtes n'avaient guère besoin d'être stimulées, et il eut même toutes les peines du monde pour se hisser sur le dos du dernier . Le plafond commençait à émettre de sinistres craquements, et l'air enfumé venait de déclencher une de ces terribles quintes de toux qui anéantissaient Grégoire pour plusieurs minutes ... heureusement, il parvint à s'agripper à la crinière de son cheval et se laissa emporter .

Il serait vain cette fois de prétendre que son activité subversive était demeurée inaperçue . Mais le fait est que les cahots du galop effréné parmi les obstacles, ainsi que les sursauts anarchiques de la toux qui le cassait en deux, évitèrent à Grégoire, par ailleurs le cavalier le plus aléatoire qui se puisse imaginer dans une scène de cape et d'épée, la majorité des désagréments à base de plomb que l'on s'évertuait maintenant à tirer dans sa direction .

Il ne lâcha pas non plus son bagage fumant .

La gent chevaline en revanche s'avéra plus réceptive à la menace musclée d'un carreau décoché dans le flanc, et sa monture finissant par s'abattre, le corsaire réformé alla rouler aux pieds de ses compagnons d'infortune, où il demeura un instant, un peu las qu'il était . Si seulement on avait pu faire une pause pour ôter ces ennuyeux morceaux de métal récoltés de ci de là au cours de la soirée ! C'est qu' ensuite la plaie s'envenime, vous ne vous rendez pas compte ...

Le cheval qu'il avait choisi ( pour leur malheur à tous les deux ) étant celui de D'Artagnan, il avait pris la tête de la cavalcade et son corps s'abattant fit un instant barrage aux autres . Grégoire ne distinguait qu'une marée bruyante de sabots bronchant et d'yeux dilatés, et il se contenta d'espérer que les autres sauraient maîtriser la frayeur des animaux et les monter à cru pour disparaître dans la nuit . Lui-même s'estimait assez heureux de pouvoir reprendre sa respiration à l'air libre ; il savait bien que même avant son action d'éclat, il manquait déjà un cheval pour lui permettre de les accompagner ; maintenant il en manquait deux, peut-être davantage .

Bah ! ses poignards étaient dans leur fourreau, et la seule image endommagée sur le tableau était la sienne . Les choses auraient pu être pires ! Une pensée soudaine le glaça : celle de toutes les roustes qu'il lui faudrait dorénavant administrer, parce que de toute évidence, lorsqu'il prétendrait qu'autrefois c'est lui qui figurait sur ce portrait de groupe au coude à coude avec ces apparents gentilshommes, on serait désormais peu enclin à le croire sur parole ...

Étonné par le soudain silence qui remettait aupremier plan le rugissement du brasier, il repoussa ses cheveux pris dans le sang coagulé de son arcade sourcilière, et regarda autour de lui . Ainsi que dit le poète :
''Domptant la lueur fauve du foyer sanglant,
Leurs yeux pâles jetaient de noires étincelles .
Tout armés, les Démons se trouvaient face à elles
Désarmés comme face à l'Ange au fer cinglant ...''
N'empêche que ce n'était pas aux démons désincarnés de l'incendie que l'on avait affaire, mais à des hommes de chair et de sang, et qu' ''ils'' ( c'est à dire les bons ) étaient aux mains des mauvais . Grégoire laissa échapper un juron de marine et sauta sur ses pieds .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guet-Apens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guet-Apens
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Guet-Apens [PV Seki Azar]
» Lex Liceré capitaine du Guet de Diantra {Callimpériale}
» [WIP] Terrain de jeu elfique/naturel
» Mur de frontiere du Rohan
» Du sang et des flammes [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Trois Mousquetaires :: Archives royales :: Archives-
Sauter vers: